Newsletter de l’Observatoire du Bien-être n°18 – mars 2019

Comme nous vous l’annoncions en janvier, nous avons publié en février trois notes, dont une en partenariat avec le Cevipof de SciencesPo. Ce triptyque examine l’état d’une France en pleine crise de mal-être, dont les Gilets jaunes et le large soutien dont ils ont initialement bénéficié sont le symptôme le plus visible. Nous y décelons en particulier un approfondissement de la restructuration de l’espace politique selon les axes que nous avions mis en évidence sur le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 : bien-être subjectif et confiance interpersonnelle sont devenus les dimensions discriminantes du positionnement.

Vous êtes par ailleurs cordialement invité.e.s au 48 Bd. Jourdan le vendredi 15 mars prochain pour la présentation de l’Opuscule no49, Competition Between Hospitals.

Observatoire

Nous avons publié le 14 février dernier trois notes, qui se lisent comme trois volets d’un enquête sur le mal-être qui s’est exprimé ces derniers mois au travers du mouvement des Gilets jaunes.

Note de l’Observatoire du Bien-être n°2019-01 : La France Malheureuse

Cette note dresse un portrait en trois temps du mal-être en France. Nous montrons dans un premier temps que si les marqueurs de statut social structurent l’exposition au mal-être, celui-ci n’en touche pas moins une large part des classes populaires et moyennes.

Lecture : En décembre 2018, les personnes malheureuses attribuaient un score moyen de 3 à l’avenir de la prochaine génération en France (sur une échelle de 0 à 10) contre 3,8 pour l’ensemble de la population enquêtée.

Nous revenons ensuite sur notre remarque de novembre dernier quant à un déficit de bonheur dans les unités urbaines moyennes. Nous relevons que celui-ci s’explique dans une large mesure par la sur-représentation dans ces agglomérations des populations plus malheureuses. Nous présentons enfin un faisceau d’indices qui nous amènent à penser que nous sommes probablement en présence d’un effet fixe spécifique, liée à la dynamique économique et démographique de ces villes

Mathieu Perona, « La France Malheureuse », Observatoire du Bien-être du Cepremap, n°2019-01, 14 Février 2019

Note de l’Observatoire du Bien-être n°2019-02 : Le Bien-être des Français — Décembre 2018

Notre note de conjoncture issue de notre enquête trimestrielle – vague de décembre – met en évidence un recul du bien-être subjectif sur la quasi-totalité des dimensions. En lien avec les mots d’ordre du mouvement des Gilets jaunes, l’inquiétude vis-à-vis de la situation financière est au centre des préoccupations.

L’optimiste est également en berne, mais nous relevons que l’appréciation de l’avenir collectif avait déjà chuté le trimestre dernier, et n’enregistre pas de nouvelle baisse. En revanche, l’opinion que nos enquêtés ont de leur avenir personnel est très nettement en recul, et en particulier pour les plus modestes et les plus aisés de notre échantillon.

Mathieu Perona, « Le Bien-être des Français – Décembre 2018 », Observatoire du Bien-être du Cepremap, n°2019-02, 14 Février 2019

Note de l’Observatoire du Bien-être n°2019-03 : Qui sont les Gilets jaunes et leurs soutiens ?

Résumé : « Ce travail propose pour la première fois d’étudier les clivages cachés du soutien aux Gilets jaunes à partir des données de l’enquête du Baromètre de la confiance politique du Cevipof. Nous montrons que le soutien au mouvement entérine l’effacement de l’axe droite-gauche traditionnel. Les Gilets jaunes réunissent des personnes dont les taux de satisfaction dans la vie sont très faibles, indépendamment de leur accord sur les moyens d’y répondre. Ce sont majoritairement d’anciens électeurs de Marine Le Pen, de Jean-Luc Mélenchon ou des abstentionnistes (dans cet ordre). Ils partagent une critique plus radicale de l’État et du gouvernement que l’un et l’autre de ces électorats, tout en ayant des positions plus médianes sur des questions morales comme la tolérance à l’égard des minorités. L’analyse de la géographie des ronds-points confirme le caractère original de ce mouvement. Le Nord-Est et le Sud-Ouest sont les points forts de la mobilisation, soit les deux régions où Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont fait leurs meilleurs scores en 2017. »

Yann Algan, Elizabeth Beasley, Daniel Cohen, Martial Foucault, Madeleine Péron, « Qui sont les Gilets jaunes et leurs soutiens ? », Observatoire du Bien-être du Cepremap et Cevipof, n°2019-03, 14 Février 2019

Transitions de satisfaction de vie : une correction

Le mois dernier, nous avions publié un billet de blog où nous remarquions le niveau élevé de transitions entre modalités de satisfaction de vie d’une année sur l’autre. Une erreur de codage dans la construction de la base avait malheureusement introduit des confusions dans nos identifiants. Nous vous présentons nos excuses pour cette erreur. Après correction, nous observons un degré de stabilité des évaluations de satisfaction de vie plus en ligne avec ce que nous attendions, mais avec néanmoins une dynamique assez marquée. Le billet a été corrigé.

Opuscule Competition Between Hospitals

Brigitte Dormont et Carine Milcent présenteront le vendredi 15 mars prochain l’Opuscule du Cepremap no49, Competition Between Hospitals. Vous pouvez consulter la page de l’ouvrage et vous inscrire pour la présentation (12h30 – 14h00, salle R1-07, 48 Bd. Jourdan, Paris 14e) auprès d’Eugénie Fernandes (eugenie.fernandes@cepremap.org).

Vu sur le Web

Quels enseignements tirer de l’expérience finlandaise du revenu de base ?

De janvier 2017 à décembre 2018, 2 000 chômeurs finlandais, sélectionnés au hasard, ont touché un revenu inconditionnel de 560 € par mois. Vue comme une expérimentation du revenu de base, cette expérience livre ses premiers enseignements, même si le rapport d’évaluation final n’est attendu qu’en 2020.

Les résultats préliminaires indiquent que le dispositif n’a pas eu d’effet mesurable sur le retour à l’emploi, celui-ci étant similaire au groupe de contrôle. En revanche, les bénéficiaires déclarent un niveau de bien-être subjectif nettement plus élevé.

Ces premiers éléments s’intègrent déjà dans un débat quant aux métriques de succès des dispositifs de ce type, en particulier si le bien-être doit y avoir une place prépondérante.

Happiness and the Resource Curse

Abstract: “There has been increasing interest in the so-called ‘resource curse’: the tendency of resource-rich countries to underperform in several socio-economic outcomes. More recently, several papers have looked beyond the traditional impact on economic growth and instead focused on the effects upon broader human welfare indicators. A separate empirical literature in recent decades has probed into the determinants of happiness and subjective well-being (using either country or household data). Our paper contributes to the literature by bringing these two empirical strands of research together. This is the first study, to our knowledge, that makes use of a large panel dataset to explore the links between changes in happiness across countries and several measures of resource wealth. Consistent with prior empirical evidence of a resource curse in oil-rich nations, we find that oil rents are negatively linked to improvements in happiness over time. This happiness ‘resource curse’ curse appears to be oil-specific and holds both for the levels as well as changes in happiness.”

Ali, S., Murshed, S.M. & Papyrakis, E. J Happiness Stud (2019). https://doi.org/10.1007/s10902-019-00080-3

Historical Analysis of National Subjective Wellbeing using millions of Digitized Books

Abstract: “We develop a new way to measure national subjective well-being across the very long run where traditional survey data on well-being is not available. Our method is based on quantitative analysis of digitized text from millions of books published over the past 200 years, long before the widespread availability of consistent survey data. The method uses psychological valence norms for thousands of words in different languages to compute the relative proportion of positive and negative language for four different nations (the USA, UK, Germany and Italy). We validate our measure against existing survey data from the 1970s onwards (when such data became available) showing that our measure is highly correlated with surveyed life satisfaction. We also validate our measure against historical trends in longevity and GDP (showing a positive relationship) and conflict (showing a negative relationship). Our measure allows a first look at changes in subjective well-being over the past two centuries, for instance highlighting the dramatic fall in well-being during the two World Wars and rise in relation to longevity.”

Hills, Thomas & Proto, Eugenio & Sgroi, Daniel, 2019. “Historical Analysis of National Subjective Wellbeing using millions of Digitized Books,” The Warwick Economics Research Paper Series (TWERPS) 1186, University of Warwick, Department of Economics.

How’s Life in the Digital Age?

L’OCDE a publié le 26 février un rapport sur les conséquences de la numérisation sur les 11 dimensions de son tableau de bord du bien-être.

Sur la France (en utilisant les données EU-SILC 2013), l’écart entre individus comparables sans et avec accès Internet est de l’ordre de 0,2 points de satisfaction de vie en faveur de ces derniers (p. 93), ce qui est dans la moyenne des pays de l’OCDE. Sur la l’ensemble des dimensions étudiées, le rapport relève que la France se distingue par un taux élevé de problèmes de sécurité en ligne, des écoles plutôt bien équipées mais des enseignants peu formés au numérique, par un haut niveau d’accessibilité aux données publiques, et un risque assez élevé d’empiétement de la vie professionnelle sur le temps personnel au travers des outils de communication.

OCDE (2019), How’s Life in the Digital Age? : Opportunities and Risks of the Digital Transformation for People’s Well-being, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/9789264311800-en.