Newsletter de l’Observatoire du Bien-être n°28 – Février 2020

Contrairement à ce que nous attendions, la contestation de la réforme des retraites n’a pas eu dans notre tableau de bord trimestriel du bien-être en France un effet aussi visible que celui qu’avait eu la crise des Gilets jaunes il y a un an.

Ce mois de janvier a vu la publication par le Conseil d’Analyse Économique d’une série de notes sur les dimensions territoriales du bien-être, dont les analyses s’appuient en partie sur les travaux de l’Observatoire en la matière. Nous sommes évidemment heureux de voir d’autres institutions se saisir ce ces outils.

En termes d’actualité de la recherche, nous affichons un menu varié, avec un retour international sur la courbe en U du bien-être dans le cycle de vie, une étude à 70 000 participants du trolley problem et une note de la DRESS sur le mal-être et la solitude parmi les personnes âgées en établissement d’accueil.

Le CEPREMAP présentera le 14 février prochain son Opuscule Mondialisation des échanges et protection des consommateurs, par Anne-Célia Disdier, au 48 bd. Jourdan, 12h30-14h00.

Observatoire

Le Bien-être des Français – Décembre 2019

Au regard de l’importance et de la durée des contestations de la réforme des retraites, nous nous attendions à ce que la vague de décembre 2019 de notre enquête trimestrielle sur le bien-être en France fasse apparaître une baisse significative des indicateurs, comme cela avait été le cas il y a un an. Pourtant, le climat de contestation sociale ne semble pas avoir beaucoup affectés les indicateurs réflexifs, comme la satisfaction dans la vie ou l’appréciation des perspectives futures, personnelles ou collectives. Seules des métriques plus émotionnelles, comme le fait de s’être senti heureuse ou exposé à l’agressivité, traduisent une détérioration du climat social.

Figure 3

Mathieu Perona, « Le Bien-être des Français – Décembre 2019 », Observatoire du Bien-être du Cepremap, n°2020-02, 15 Janvier 2020

A Local Community Course That Raises Mental Wellbeing and Pro-Sociality

L’association « Action for Happiness » a demandé à des chercheurs d’évaluer sa formation au bien-être. D’une durée de huit semaine et encadrées par des volontaires non-spécialistes, cette formation « Exploring What Matters » mobilise les résultats de la recherche sur le bien-être.

De fait, l’équipe d’évaluation met en évidence, dans un cadre randomisé contrôlé, une amélioration du bien-être des participants de l’ordre de 63 % d’un écart-type sur la satisfaction de vie, soit une amélioration de 1 point en moyenne sur une échelle de 0 à 10 – une magnitude d’effet remarquable dans ce domaine.

Christian Krekel, Jan-Emmanuel De Neve, Daisy Fancourt, Richard Layard, “A Local Community Course That Raises Mental Wellbeing and Pro-Sociality”, CEP Discussion Paper No 1671, January 2020

Mondialisation des échanges et protection des consommateurs

Le CEPREMAP est heureux de vous inviter à la présentation de son Opuscule Mondialisation des échanges et protection des consommateurs le vendredi 14 février prochain, au 48 bd Jourdan, 12h30 – 14h00, salle R1-07.

Pensez à réserver votre place auprès de eugenie.fernandes@cepremap.org

Dimensions territoriales du bien-être

Le Conseil d’Analyse Économique a publié à la mi-janvier un ensemble de travaux sur les déterminants locaux du mal-être et de la contestation. La Note no55 ainsi que les Focus 39, 40 et 41 explorent ainsi en détail l’effet de l’évolution des conditions locales d’emploi, d’équipement et d’accès aux services sur le mal-être, l’abstention et les événements liés aux Gilets jaunes. Nous sommes naturellement heureux et fiers de voir mobilisés dans ces notes des travaux initiés au sein de l’Observatoire.

« Territoires, bien-être et politiques publiques », Y. Algan, C. Malgouyres, C. Senik, Note du CAE no55, janvier 2020

« Les déterminants locaux du mécontentement : analyse statistique au niveau communal », E. Davoine, E. Fize, C. Malgouyres, Focus du CAE no39, janvier 2020

« Bien-être subjectif et conditions de vie locales », M. Péron, Focus du CAE no40, janvier 2020

« Un baromètre de l’évolution des conditions de vie locales liées au bien-être », M. Péron, Focus du CAE no41, janvier 2020

Évaluation des politiques publiques en France

France Stratégie a publié en décembre un important document de travail faisant le point sur Vingt ans d’évaluations d’impact en France et à l’étranger – Analyse comparée des pratiques dans six pays.

Les auteurs relèvent notamment que la progression des pratiques est freinée en France par la faiblesse des mobilités entre monde académique et haute fonction publique, et par l’absence de centres de preuve thématiques organisant la mise à disposition des résultats aux administrations potentiellement intéressées.

Appel à contributions « Société du Vieillissement, le bien-être comme substitut à la croissance ? »

Le réseau Économie Internationale De La Longévité, porté en France par la Chaire Transitions Démographiques, Transitions Économiques, organise son symposium annuel à Paris le 08 juin 2020 à Paris. L’appel à contributions est ouvert jusqu’au 02 avril 2020.

Lu sur le Web

Un tiers des personnes âgées vivant en établissement sont dans un état psychologique dégradé

Résumé : L’état psychologique de l’ensemble des résidents d’établissements pour personnes âgées est en moyenne moins bon que celui des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile, d’après l’enquête CARE de la DREES réalisée en 2015 et 2016. Cet écart s’explique en partie par le fait que la dégradation de l’état de santé de ces personnes est la cause majeure de l’entrée en établissement.

Parmi les seniors de plus de 75 ans, 56 % des résidents d’établissements déclarent avoir souffert de fatigue, de lassitude ou d’épuisement au cours de l’année, contre 44 % des personnes âgées résidant à domicile. Le manque d’appétit et de motivation pour effectuer des activités quotidiennes est respectivement deux et sept fois plus fréquents chez les personnes vivant en établissement que parmi celles restées à domicile.

Les états dépressifs sont également plus répandus que dans le reste de la population du même âge. La moitié des résidents consomment des antidépresseurs, contre une personne âgée de plus de 75 ans sur sept résidant à domicile. Un senior sur cinq vivant en établissement déclare souffrir de dépression. Environ un tiers des résidents en établissement sont en situation de détresse psychologique, contre un quart des plus de 75 ans vivant à domicile.

L’état de santé, la fréquence et la qualité des relations sociales sont les principaux facteurs associés à l’état psychologique. Le sentiment d’isolement est toutefois un meilleur indicateur du bien-être que la fréquence objective des visites.

Référence : Shirine Abdoul-Carime (DREES), 2020, « Un tiers des personnes âgées vivant en établissement sont dans un état psychologique dégradé », Études et Résultats, n°1141, Drees, janvier.

Is Happiness U-shaped Everywhere? Age and Subjective Well-being in 132 Countries

Abstract: I draw systematic comparisons across 109 data files and 132 countries of the relationship between well-being, variously defined, and age. I produce 444 significant country estimates with controls, so these are ceteris paribus effects, and find evidence of a well-being U-shape in age in one hundred and thirty-two countries, including ninety-five developing countries, controlling for education, marital and labor force status. I also frequently find it without any controls at all. There is additional evidence from an array of attitudinal questions that were worded slightly differently than standard happiness or life satisfaction questions such as satisfaction with an individual’s financial situation. Averaging across the 257 individual country estimates from developing countries gives an age minimum of 48.2 for well-being and doing the same across the 187 country estimates for advanced countries gives a similar minimum of 47.2. The happiness curve is everywhere.

Is Happiness U-shaped Everywhere? Age and Subjective Well-being in 132 Countries”, David G. Blanchflower, NBER Working Paper No. 26641; Issued in January 2020

When correspondence studies fail to detect hiring discrimination: Evidence from the French public and private sectors

Abstract: Correspondence studies are often used to detect discrimination on the part of recruiters, but they do not inform us about decisions at the interview and job-offer stages. This column describes how a correspondence study suggests that individuals of North African origin are strongly discriminated against in the French private sector, while they are treated equally in the public sector. However, survey results indicate that both public and private sector employers express discriminatory preferences and beliefs against North African candidates, and wages of young unskilled North African males are lower than those of their French compatriots in both sectors. The findings suggest that correspondence studies should be complemented with other investigation methods.

When correspondence studies fail to detect hiring discrimination: Evidence from the French public and private sectors”, Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Andreea Minea, Marie-Anne Valfort, VoxEU,03 January 2020

The gender gap in self-promotion

Abstract: Women earn less than men at every level of employment, an inequality that has persisted for decades. This column examines one potential factor, namely, a sizeable gender gap in self-promotion. It considers four possible causes for this gap – performance, confidence, strategic incentives, and ambiguity – and while none can explain the gap alone, they do shed light on some of the labour market perceptions women may internalise over time, and to which employers should be sensitive in hiring practices.

The gender gap in self-promotion”, Christine Exley, Judd Kessler, VoxEU,23 December 2019

Economic causes of populism: Important, marginally important, or important on the margin

Abstract: A common explanation for the rise of populism is economic insecurity driven by forces such as trade, immigration, or the financial crisis. This column, part of the Vox debate on populism, argues that such view overstates the role of economic insecurity as a driver. In particular, it conflates economic insecurity being important in explaining the overall populist vote and being important by affecting election outcomes on the margin. The empirical findings indicate that the share of populist support explained by economic insecurity is modest.

Economic causes of populism: Important, marginally important, or important on the margin”, Yotam Margalit,VoxEU20 December 2019

The impact of having children on domain-specific life satisfaction: A quasi-experimental longitudinal investigation using the Socio-Economic Panel (SOEP) data.

Abstract: Longitudinal studies have documented improvements in parents’ life satisfaction due to childbearing, followed by postpartum adaptation back to baseline. However, the details underlying this process remain largely unexplored. Based on past literature, set-point theory, and results from an exploratory sample, we investigated empirically how first childbirth affected satisfaction with specific domains of life. In a preregistered study, we compared parents with matched childless respondents in their trajectories of life satisfaction, and also satisfaction with family life, health, sleep, work, housework, leisure, dwelling, household income, and personal income. First-time parents and childless respondents were matched in a procedure combining exact and propensity score matching. Using the population-representative German SOEP data (N = 3,370), longitudinal multilevel models revealed heterogeneous effects of childbirth on different domains of satisfaction: Both mothers’ and fathers’ satisfaction with family life increased temporarily in a similar fashion to life satisfaction before going back to baseline within five years after childbirth. However, only mothers experienced drastic losses to satisfaction with sleep and satisfaction with personal income. For the remaining domains, parents’ satisfaction largely resembled that of the matched childless respondents. These divergent domain trajectories underscore the need for multivariate analyses in life satisfaction research.

Krämer, M. D., & Rodgers, J. L. (2019). The impact of having children on domain-specific life satisfaction: A quasi-experimental longitudinal investigation using the Socio-Economic Panel (SOEP) data. Journal of Personality and Social Psychology. Advance online publication. https://doi.org/10.1037/pspp0000279 (ungated version)

Universals and variations in moral decisions made in 42 countries by 70,000 participants

Abstract: When do people find it acceptable to sacrifice one life to save many? Cross-cultural studies suggested a complex pattern of universals and variations in the way people approach this question, but data were often based on small samples from a small number of countries outside of the Western world. Here we analyze responses to three sacrificial dilemmas by 70,000 participants in 10 languages and 42 countries. In every country, the three dilemmas displayed the same qualitative ordering of sacrifice acceptability, suggesting that this ordering is best explained by basic cognitive processes rather than cultural norms. The quantitative acceptability of each sacrifice, however, showed substantial country-level variations. We show that low relational mobility (where people are more cautious about not alienating their current social partners) is strongly associated with the rejection of sacrifices for the greater good (especially for Eastern countries), which may be explained by the signaling value of this rejection. We make our dataset fully available as a public resource for researchers studying universals and variations in human morality.

Universals and variations in moral decisions made in 42 countries by 70,000 participants”, Edmond Awad, Sohan Dsouza, Azim Shariff, Iyad Rahwan, Jean-François Bonnefon, Proceedings of the National Academy of Sciences Jan 2020, 201911517; DOI: 10.1073/pnas.1911517117